DÉBORAH LUKUMUENA, rencontre avec une « Divines »

Partager sur :

Déborah Lukumuena est l’une des jeunes actrices du film « Divines », réalisé par Houda Benyamina. Il a reçu la distinction Caméra d’or au Festival de Cannes cette année. Elle a accepté de venir au cinéma Jacques Brel pour présenter son film et échanger avec les jeunes du collège Henri Matisse, du lycée Arthur Rimbaud et de la classe option cinéma du lycée Simone de Beauvoir.

Garges Hebdo : Pourquoi présenter « Divines » aux jeunes ? 

Déborah Lukumuena : « Divines », c’est l’ascension dangereuse d’une fille qui est en perdition. Pour guérir de son humiliation quotidienne, elle suit une dealeuse. C’est avant tout une histoire d’amitié. Elle est en quête de réussite, mais à quel prix… Je joue Maïmouna, sa meilleure amie. Les scolaires sont une partie du public visé. D’abord dans un but pédagogique, mais je viens aussi leur parler de mon expérience et des thèmes du film. Chacun voit le film à travers un prisme différent, c’est aussi très formateur pour moi.

GH : Comment avez-vous percé dans le monde du cinéma ? 

D. L. : Je n’ai jamais suivi de cours de théâtre. Je suis passionnée de lettres, je voulais devenir prof de littérature. J’ai timidement commencé à m’intéresser au cinéma. Je regardais les annonces de figurants, finalement j’ai eu un rôle beaucoup plus important. J’ai passé des tests pendant 9 mois, le tournage et la préparation ont été très longs. Il y avait beaucoup de répétitions, de la préparation physique, le tout en immersion dans les décors et les costumes. Nous avons eu 9 semaines de tournage avec la metteuse en scène. Elle a la particularité de ne jamais dire « coupez » car elle n’aime pas que l’énergie redescende. Ce que j’ai aimé, c’est que tout le monde y trouvait son compte. C’était éprouvant et fatigant mais les destinées des personnages étaient notre priorité, nous étions à 100% derrière eux.

GH : Qu’est-ce que l’on ressent en recevant un prix à Cannes pour son premier film ? 

D. L. : Quand on a su qu’on était sélectionné à Cannes pour la Quinzaine des réalisateurs, on en parlait d’abord avec distance, sans trop y croire. Les acteurs étaient inconnus, tout comme la production ou le metteur en scène. Au final, parmi les acteurs, personne n’avait vu le film avant le jour J. Nous l’avons tous découvert ensemble lors de sa diffusion à Cannes. C’était très émouvant ! Il y avait des gens qui pleuraient, qui nous remerciaient…

Publié le 27/12/2016