3 questions à Catherine VAUCONSANT, directrice de l'hôpital de Gonesse

Partager sur :

Le nouvel hôpital de Gonesse ouvrira ses portes en 2016. C’est une nouvelle page qui se tourne pour ce site hospitalier de plus de huit siècles. Nous avons demandé à sa directrice de nous présenter ce projet d’envergure régionale, fruit de plus de 300 millions d’euros d’investissements.

Plus qu’une extension, peut-on parler de nouvel hôpital ?

C’est tout à fait ça. Les services du centre médico-chirurgical, de la maternité et quelques autres services de soins seront transférés dans un nouveau bâtiment de 80 000 m². Le service maternité se situe désormais à proximité de celui de néonatologie. Il n’existe plus aucune chambre à 3 lits. 70% d’entre elles sont des chambres individuelles et toutes possèdent des sanitaires. Nous avons également réalisé un saut technologique pour simplifier un certain nombre de processus, qui se sont automatisés, et sécuriser les prises en charge des patients.

Quels sont les enjeux de cet hôpital ?

Nous allons offrir une activité hospitalière dans le cadre le plus adapté à ce qui existe aujourd’hui. Nous améliorons la qualité de soins en termes d’organisation, d’hôtellerie et de modernité des équipements. Il y aura 2 scanners neufs, des échographes, un IRM neuf ainsi qu’un bloc centralisé à la pointe de ce qui se fait aujourd’hui. Cela permet aux usagers d’arriver dans un hôpital où l’on réfléchit à des soins les plus sécurisés possibles avec des délais d'accueil plus satisfaisants, notamment sur la partie "urgences". Les employés bénéficient également d’un cadre de travail plus serein.
Notre objectif est d’offrir nos soins à l’ensemble du bassin territorial, qui couvre près de 350 000 personnes et d’en faire l’hôpital public référent du territoire.

Pourquoi développer l’hypnose, la sophrologie, l’acupuncture… ?

Ces modalités alternatives de prise en charge sont complémentaires. Par exemple, en maternité, le fait de s’assurer du bien-être de la maman peut avoir des effets importants, de même que sur les bébés. 
Sur un certain nombre d’activités en anesthésie, l’hypnose est une réponse qui peut être développée. Il est important de s’ouvrir pour proposer ces techniques aux patients qui le souhaitent.
 

+ d'infos :
Centre hospitalier de Gonesse 
25 rue Bernard Février
01 34 53 21 21

Publié le 19/02/2016